Actualité du REC

Championnats de France d'aviron de mer - L'aventure
Écrit par P'tit Seb   
Lundi, 25 Mai 2015 13:17

Jeudi 14 Mai 

   Au derrière des deudeuches, nous passons bravement les portes de l'île de Ré, payant aux Cerbères du péage leur du, et nous faisons halte aux abords de la plage. Déjà aujourd'hui, les vagues à l'embarquement sont rudes à Rivedoux. La mer, c'est plus fort que nous, ça oui. Nous profitons de notre après midi pour polisher, puis peser nos yoles safran, aux côtés des fringantes yoles Filippi adverses, pour enchaîner sur un entraînement. Les conditions ne sont pas tendres, les vagues sournoises se jettent de toute part : loin des conditions plates du mois de Mars, la mer est à présent réveillée pour le week-end.

 

Vendredi 15 Mai

    Les dernières informations sont rappelées à la réunion, et nous pouvons enfin nous élancer vers les séries qualificatives ! Chez les filles, les 15 premiers bateaux seront retenus en finale A, tandis que chez les garçons, ce seront les 10 premiers de chaque série. On arrive tous à la plage, et voir quelqu'un passer sous un quatre lancé par les vagues de l'embarquement a de quoi refroidir. Que la mer soit froide ou non. Passons. Il s'est déjà relevé.

 

Qualif - SF4x (Pauline, Ania, Elsa, Emmanuelle, barre : P'tit Seb)

   Le vent s'est calmé par rapport à la veille, et la mer semble de nouveau en sommeil. Fort bien, cela nous convient. Nous serrons la bouée la plus proche de la plage sur notre ligne de départ, et c'est parti pour le premier bord ! Intérieur au deux bouées, les bateaux toujours très groupés, les virements sont serrés. Nous retrouvons le REC au sortir de la deuxième bouée, pour prendre chacun son rythme. A la quatrième bouée, nous restons scotchés quelques secondes, les pelles dans la bouée avant de redécoller, suite à un manque de place devant pour virer large. Nous sentons bien que les gros bateaux se retiennent : Cassis nous laisse passer à l'avant dernier bord. Qu'il en soit ainsi, on ne dit pas non. C'est pas tous les jours offert sur un plateau, ça non.

Résultat : 5emes => Finale A

Qualif – SF4x (Valérie, Raffaella, Caroline, Lucile barre : Jérôme)


   Sur la ligne de départ, nous partons au large pour éviter les embouteillages et la casse. Bien partis, nous sommes en première ligne sur le premier quart du premier bord ((1/4)*2000=? bon, ça fait 500m...). Les meilleurs passent logiquement devant. La mer s'agite de plus en plus à l'approche de la première bouée. Les places sont faites (7e ou 8e). Nous gardons le rythme pour ne pas se faire reprendre. Un équipage de tête se plante de coté à une bouée et fait demi-tour pour remonter tout le monde ensuite. Chaque bateau doublé est l'occasion pour cette jeune conductrice de frotter un peu les pelles de son voisin ou de lui rentrer dedans aux bouées... on se dit qu'il faudrait aussi un permis de barrer... l'histoire nous apprendra que cet équipage composé semble-t-il des sœurs Schwarzenegger a finalement gagné la finale. Comme quoi on peut être bien mal barré et gagner quand même. Nous, nous sommes en finale.

Qualif - SH4x (François, Régis, Jean-Michel, Loïc, barre : P'tit Seb) 

   Première série, la mer est à l'étal peu avant le départ, le courant sera donc changé par rapport aux courses féminines. Certes, nous nous y attendions, mais à un changement de conditions pareil, pour sûr non ! La mer a une dent contre nous ? Espérons qu'elle n'en a qu'une. Le premier bord est comme prévu très déterminant et le placement à la première bouée reste ici globalement similaire au résultats finaux. La houle est brutale, le chaos des vagues pointe vers notre faiblesse au REC : notre maigre expérience en mer comparé à la rivière. Le navire est brinquebalé de-ci de-là. Parfois plus de si, parfois plus de la. Finis les appuis solides de la Vilaine, les vagues sont chées. Après mi-parcours les places ne bougent plus, et nous nous jouirons de franchir la ligne d'arrivée, pour un débarquement sur une plage plus docile.

On nous a dit que faire des gammes en mer ça payait. Ça en fera toujours une de plus. Oui.

Résultat : 4emes => Finale A

SH4x_Fra

 

Qualif – SH4x (Jérôme, Guillaume, Médéric, Stéphane, barre : Emmanuelle)

(on attend le retour de Stéphane. Le mail doit être perdu dans les abysses de sa boite. Enfin. ça devrait parler de vague et de vent)

   Une belle et chaude journée pour le REC (Rivedoux, mais pas CoupdeSoleildoux), qui qualifiera en ce jour ses quatre 4X en finales A ! (Nous restons dans l'aviron, je vous l'assure. De la concentration je vous prie.) Au camping des Grenettes, les supporters sont arrivés en masse après les qualifs, spécialement pour le REC. Des pouces colorés, des bananes séchées, des dîners partagés, voilà qui dépayse !

Samedi 16 Mai

   Pendant la nuit les conditions n'ont pas autant décliné que nous le souhaitions et le vent reste de la partie. 15h00 et 16h30 pour les finales, nous pouvons nous permettre une petite balade à la plage le matin, qui fera bientôt office d'échauffement cardio pour certains.

plage_sam_matin


Finale A - SF4x (Pauline, Ania, Elsa, Emmanuelle, barre : P'tit Seb)

   La houle est couplée avec le brouillard aujourd'hui, et la course promet d'être différente de la veille ! Alignement toujours à cette même bouée, notre dernier départ est attendu avec une puissante mais calme détermination. Un silence plein de concentration et de volonté s'installe pendant la procédure des 3 minutes. Le chrono défile. Une boule en moins. Sur l'avant, les pelles s'alignent. Un dernier souffle, et le bateau décolle sur un fond sonore attendu depuis des mois. Un départ puissant, qui nous amène en peloton de tête très vite, sans voisins immédiats. Dégagé, replacement, prise d'eau. Nous savons cette première bouée cruciale. La calme détermination se ressent. Dégagé, replacement, prise d'eau. Les gros bateaux sont à proximité, nous sommes de la partie. Un virement intérieur, et le 250m est parti ! La deuxième bouée nous donnera notre 5eme position, la Rochelle CA qui nous suit. Les vagues de côté déstabilisent soudainement le bateau, qui commence à zigzaguer. Reprenant son contrôle, nous pouvons continuer notre route. Draveille devant nous s'éloigne progressivement, mais La Rochelle qui reste en embuscade nous pousse à tenir, et nous ramons de tout notre cœur. Même de tout notre corps, pour sûr. Les bouées s’enchaînent plus sereinement sans confrontation directe. Une dernière bouée, encore 500m, 200m, 100m et … « Nuuuut » ! Nous y voilà !

Résultat : 5emes

Finale A – SF4x (Valérie, Raffaella, Caroline, Lucile barre : Jérôme)


   Sur la plage, l'équipage des gars qui partage le même bateau décide de vérifier les réglages avant l'échauffement des filles. 30 minutes pour régler 8 pelles et remonter des dames de nage, au REC, c'est large ;) On sent les filles un peu tendues, stressées, voir carrément inquiètes (c'est le manque d'expérience :)). Finalement, nous embarquons à l'heure pour l'échauffement. Tiens, encore un lot de pulls à vendre à une braderie qui arrive au barreur... la prochaine fois, nous prendrons un tancarville.
   Au départ, pourtant bien alignés coté plage et bien partis juste avant le signal, nous nous retrouvons accrochés avec un autre bateau. Quelques coups de rames perdus et nous repartons en queue de peloton. Relancées, les filles déroulent leur style et nous remontons le gros du peloton. Chahutés par une mer technique, nous passons la première bouée comme en série, 8e ou 9e. A la moitié du parcours, nous sommes 9e, juste derrière Plougonvelin et Plougerneau, plus à leurs aise dans ces conditions. Nous ne lâcherons rien cependant, car tout peut arriver. Et justement, à 300m de la ligne, Plougonvelin fait une fausse pelle ! Les filles lâchent tout dans ce dernier sprint qui nous permettra d’accéder à la 8e place dans une ambiance de match entre Monica Selles et Maria Sharapova... 8e, Il ne fallait donc rien lâcher ;) Nous aurons senti la motivation et l'engagement collectif sur ce week-end. Bravo.
Résultats : 8emes

Finale A - SH4x (François, Régis, Jean-Michel, Loïc, barre : P'tit Seb) 

   Pour cette dernière course de la journée, les vagues semblent plus honnêtes et ne changent plus autant de sens que la veille. Tant mieux. Procédure des trois minutes, tous les rameurs se taisent progressivement. 1 minute. 30 secondes. 2 secondes, notre trois quart part et l'air vibre de la sonnerie de départ. Nous manquons de nous empêtrer avec le REC, qui ralentit très vite. Nos amis de Marseille RC à tribord, nous combattons farouchement au bord à bord sur les deux kilomètres. Ils nous passent finalement devant, nous narguant avec leur Filippi flambant neuf, mais nous n'avons pas dit notre dernier mot. Le dérapage serré à la bouée sera décisif, et dans les trombes d'eau du 250m, nous dévorons farouchement tous les adversaires situés aux extérieurs, y compris Marseille RC ! « Un jour peut venir où le courage des hommes faillira, où nous abandonnerons nos amis et briserons tout lien mais ce jour n'est pas arrivé ! Aujourd'hui nous combattrons ! » De 8eme, nous passerons 6eme au deuxième virement. Néanmoins la bataille n'est pas terminée ! Marseille RC revient à la charge sur ce troisième bord, et nous voyons leur fameux Filippi nous tenir tête, pour nous remonter petit à petit, nous achevant sur le quatrième bord. Leur précipitation les mènent toutefois à percuter Marseille CA à la bouée n°5, en les raccrochant. En avant, rameurs d’Ille-et-Vilaine ! Sus à Marseille CA ! Nous nous faufilons à la bouée, pour les achever sur ce bord contre les vagues, et virons notre dernière épingle, Marseille RC à quelques longueurs devant. Le dernier 500m sera notre dernier espoir de les raccrocher, mais ils conserveront leur 5eme place jalousement.

   Pas d'interview télé cette fois ci pour dire qu'on a rajouté quelques kilos aux barres que Jean-Michel soulève toutes les deux secondes. A croire qu'Avignon les soulève en 1,5 seconde.

Résultat : 6emes

Finale A – SH4x (Jérôme, Guillaume, Médéric, Stéphane, barre : Emmanuelle)

(Devinez quoi ? On attend ici aussi ! ;)

Résultats : 18emes

   Un chouette gala festif fini cette fière épopée pour nous, berçant notre nuit de chenilles et de chansons jusqu'alors enfouies dans les années 80 et plus. Le mobile home des Grenettes, élu mobile home pour la fête de l'année 2015, est alors le lieu du record de 5 bananes séchées en bouche, record actuellement indétrôné, et celui de discussions toutes les plus élevées que les autres, mais surtout celui de la formation d'une nouvelle équipe pair-oar au REC ? Le temps de profiter du soleil et de la mer le dimanche, et nous repartons le cœur léger sur les routes du Marais Poitevin.